C'est louche cette réaction ...Cette série est déroutante car Higurashi joue avec les codes de 2 genres très différent : d'un côté on a tous les clichés des séries sirupeuses façon harem avec ses jeunes écolières stéréotypées, forcément dociles et forcément toutes amoureuses du héros, et de l'autre on retrouve les codes des histoires d'horreur à grand renfort d'ambiance sonore stressante et d'hémoglobine.

Surtout, cette série ne cherche pas à réconcilier ces genres diamétralement opposés, bien au contraire, elle joue de l'un pour mieux briser l'autre et nous prendre par surprise. L'intro et le générique annoncent clairement la coouleur : on va passer un sale quart d'heure, va y avoir du sang sur les murs ... et puis non ! Le héros arrive, les jeunes filles (plus ou moins) sages et (plus ou moins) timides se mettent en place, on sourit bêtement en se disant que rien ne peut arriver dans ce monde sucré comme une fraise Tagada sauf peut-être un chagrin d'amour ... et paf ! On se prend en pleine poire les premières révélations angoissantes qui rappellent que sisi, il va y avoir du sang sur les murs. Et le meilleur, c'est que cette construction fonctionne très bien.

Bon, demain, épisode 2 ! ^_^